Désobéir – Julie Bérès

Désobéir
(c) Axelle de Russé

Désobéir. C’est la façon qu’ont trouvé ces quatre jeunes femmes, peut-être un peu malgré elles, de survivre dans un environnement qui leur est hostile parce qu’elles sont, justement, des femmes. Confrontées au poids des traditions de leurs parents ou grand-parents, à la place de la religion dans un foyer traditionnel, les interprètes de Julie Bérès opèrent un grand écart permanent afin de pouvoir, simplement, exister par elles-mêmes.

Il s’agit de pouvoir danser. De pouvoir monter sur scène. Mais aussi de pouvoir croire en Dieu à sa façon ou de pouvoir sortir dans la rue sans la supervision d’un homme de la famille. De pouvoir vivre, en somme. Il faut du courage pour être soi, il en faut encore plus quand être soi implique de désobéir à ceux qu’on aime.

La pièce de Julie Bérès s’inscrit dans le cycle des « Pièces d’actualité » initié par le Théâtre de la Commune. C’est en rencontrant plusieurs associations et en collectant de nombreux témoignages que « Désobéir » est né. Au cours de ce travail, c’est la rencontre avec celles qui allaient devenir les comédiennes de la pièce qui a été décisive pour le spectacle tel que nous l’avons vu. C’est donc à la jeune génération, celle qui a moins de vingt-cinq ans en 2019, que « Désobéir » tend un miroir.

Lou-Adriana Bouziouane, Charmine Faribozi, Hatice Ozer et Séphora Pondi apparaissent alors comme des héroïnes du quotidien, de celles qui osent dire non et s’affirmer. C’est quoi, au juste, être une femme au vingt-et-unième siècle ? C’est quoi être française née de parents turcs, kabyles, iraniens ou camerounais attachés aux traditions ? Elles se tiennent debout, ces quatre femmes-là, elles sont drôles et émouvantes à la fois, elles donnent du courage et de l’énergie. « Désobéir » agit comme une leçon pour être soi-même malgré tout donné par celles qui pourraient être nos petites ou grandes soeurs. Un moment de sororité dont on ressort électrisées.

 

 

Désobéir, mise en scène Julie Bérès.
Avec : Lou-Adriana Bouziouane, Charmine Faribozi, Hatice Ozer, Séphora Pondi.
A voir au Théâtre Paris-Villette jusqu’au 19 mai 2019.

 

Publicités